Mustang : Le royaume secret de l’Himalaya

This SimpleViewer gallery requires Macromedia Flash. Please open this post in your browser or get Macromedia Flash here.
This is a WPSimpleViewerGallery

Diaporama

Enclave tibétaine en territoire népalais, le Mustang était, il y a peu encore, le dernier royaume Himalayen totalement inaccessible aux étrangers. Aujourd’hui, l’ouverture est limitée à 600 visiteurs par an, suffisamment fortunés pour assumer les frais d’une expédition et le prix élevé du seul permis de trekking. Royaume ermite vassal du royaume népalais, le Mustang, qui se situait jadis sur la principale route commerciale entre l’Inde et le Tibet, a plus subi que choisi cet isolement anachronique. Pour la Chine et le Népal, ce petit pays a longtemps été considéré comme une zone sensible : de 1959 à 1973, il a servi de base arrière à la guérilla tibétaine en lutte contre l’occupant chinois. De nos jours, même si la royauté a été abolie à la suite de la proclamation de la république au Népal en 2008, l’ancien roi Jigme Dorje Tandul jouit aujourd’hui encore d’un pouvoir et d’un prestige considérables. Chef temporel et spirituel, il se livre chaque matin à une longue prière dans sa chapelle privée. Mais surtout, il ne manque jamais de commencer sa journée en faisant sept fois le tour des murailles de Lo Mantang, la capitale : Afin d’attirer sur elle les bonnes grâces des divinités…